You are here
Le PE a rejeté la proposition de listes paneuropéennes       Brexit Union européenne 

Le PE a rejeté la proposition de listes paneuropéennes    

Lors de la session plénière du Parlement européen à Strasbourg, il n’a pas accepté la proposition d’élire 27 députés aux élections européennes de 2019, avec la libération des 73 mandats britanniques, avec la création d’une circonscription européenne basée sur des listes paneuropéennes.

Il a accepté mercredi le Parlement européen de réduire le nombre de députés de 751 à 705 après le Brexit.
Le communiqué de presse du Parlement européen a informé que, selon le texte adopté, après le Brexit, 46 des 73 mandats britanniques seraient mis en réserve 46 pour un éventuel élargissement de l’UE. Les vingt-sept sièges restants ont été répartis entre 14 États membres.
La résolution souligne que des changements ne sont nécessaires que si le Royaume-Uni quitte réellement l’UE.
Selon les informations, la France et l’Espagne 5-5, l’Italie et les Pays-Bas 3-3, l’Irlande 2 et la Pologne, la Roumanie, la Suède, l’Autriche, le Danemark, la Slovaquie, la Croatie, la Finlande et l’Estonie recevraient 1-1 autres mandats pour compenser les inégalités. Le nombre de mandats d’autres États membres de l’UE, y compris la Hongrie, ne changera pas.
Dans le même temps, les députés ont voté contre la proposition de la commission des affaires constitutionnelles du PE visant à ce que certains des députés européens se joignent au Parlement européen dans une seule circonscription européenne. Il est proposé que, dans le cas de l’adoption d’une nouvelle loi électorale européenne, pour les 46 sièges restant sur le Brex, sur les 73 restants, 27 députés soient élus par la création d’une circonscription européenne basée sur des listes paneuropéennes. Le nombre de députés élus sur ces listes doit être égal au nombre de pays de l’UE (qui sera de 27 après le détachement de la Grande-Bretagne jusqu’à l’adhésion d’un autre État membre). Les mandats ainsi obtenus seraient donnés à des représentants qui se représentent eux-mêmes “l’Union européenne”.
La proposition législative du Parlement européen sera ensuite examinée par le Conseil européen – où les chefs d’État ou de gouvernement doivent prendre des décisions à l’unanimité – et ensuite le Parlement européen approuve et ratifie à nouveau les parlements des États membres.
La soi-disant Conférence des présidents à la Chambre des communes du Parlement européen a proposé à la mi-janvier que la prochaine élection des membres du Parlement européen se tienne du 23 au 26 mai 2019. La finalisation des dates est également requise par l’accord des conseils des gouvernements des États membres.
Les membres du PE ont été élus directement depuis 1979. Les citoyens de l’UE décident tous les cinq ans de les représenter au Parlement européen, la seule institution directement élue dans l’UE. Le choix est fait entre les dates fixées par le Conseil avec le consentement des États membres de l’Union européenne, mais chaque pays a la liberté de décider quel jour. La date de l’élection des eurodéputés hongrois est déterminée par le Président de la République dans les délais impartis. Conformément à la loi, seules les élections du dimanche peuvent avoir lieu en Hongrie, de sorte que le 26 mai de l’année prochaine, la proposition de la Conférence des présidents serait l’élection hongroise.
György Schöpflin, représentant du Fidesz au Parlement européen, dans sa déclaration au MTI, a souligné que la liste paneuropéenne, également connue sous le nom de liste transnationale, serait la première étape d’un processus néfaste.
“La liste au-dessus des nations est basée sur l’hypothèse que quelque part, il y a des démos européennes qui attendent que quelqu’un représente, et cette liste est juste pour ça, mais c’est une erreur: il n’y a pas de démo européenne et erreur à inverser” – Il a souligné.
Selon lui, il n’augmenterait pas sa réputation pour le PE s’il avait 27 “flottants”, des représentants non responsables avec un pouvoir politique, mais sans aucune responsabilité “, a souligné l’homme politique du PPE.
Dans la déclaration du député socialiste de Tibor Szanyi, la mise en place d’une liste paneuropéenne renforcerait le caractère européen des élections européennes tout en envoyant un message clair aux forces euro-sceptiques nationalistes: “L’Europe est forte et résistante au populisme”.
“En établissant un quota jeune et fort, les représentants recevraient une couche dont tout le monde parle, tout le monde veut sauver, mais en général on peut dire qu’il est sous-représenté au niveau législatif”, a déclaré le politicien socialiste.

Source: MTI / Image: nemzetinet.hu /

További Hírek:

Leave a Comment