You are here
Ambassadeur américain auprès de l’OTAN: les États-Unis sont prêts à détruire les missiles russes interdits, si nécessaire Grand monde Etats-Unis 

Ambassadeur américain auprès de l’OTAN: les États-Unis sont prêts à détruire les missiles russes interdits, si nécessaire

Les États-Unis sont prêts à détruire des missiles russes à courte et moyenne portée, malgré les exigences du traité international en vigueur, si nécessaire, a déclaré mardi à Bruxelles l’ambassadeur des États-Unis auprès de l’OTAN, Kay Bailey Hutchison.

La Russie doit abandonner son nouveau système 9M729, ce qui constitue une violation du contrat INF pour le démantèlement des missiles à courte et moyenne portée utilisés pour des missions terrestres, a déclaré Hutchison lors d’une conférence de presse.
Il a ajouté que Washington fournissait des preuves d’infractions russes contre ses alliés russes et, bien que résolu à rechercher des solutions diplomatiques, il serait prêt à se débarrasser des missiles destinés aux bombes explosives nucléaires interdites.
“Nous pourrons détruire les missiles installés en rupture de contrat si nous continuons à le faire”, a-t-il déclaré.
“Cela fait de nombreuses années que nous essayons de dire à la Russie que nous connaissons leurs violations, et nous avons présenté la preuve que nous apportons maintenant à nos alliés pour aider à mettre Moscou sur une table de négociation”, a-t-il ajouté.
Selon les analystes, les propos de l’ambassadeur n’étaient pas parfaitement clairs. Il ne savait pas avec certitude s’il était sur le point de tirer des roquettes russes déjà tirées ou s’il était question d’un coup préventif. Le personnel de Hutchison ne veut pas fournir d’informations supplémentaires pour retrouver la presse.
Quoi qu’il en soit, nombreux sont ceux qui pensent que la déclaration de l’Ambassadeur Donald Trump est un avertissement clair au Kremlin et que cela pourrait miner davantage les relations entre les deux pays.
Moscou nie vivement la mise au point d’un système de missile qui permettrait à un missile nucléaire de ne pas être signé par l’Europe, et accuse même les États-Unis de violer le traité.
Hutchison a toutefois déclaré que son pays respectait les règles, mais que si les Russes ne s’arrêtaient pas, il faudrait alors que les États-Unis se conforment aux règles énoncées dans l’accord.
Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a par ailleurs indiqué qu’il en discuterait également avec des collègues de l’OTAN lors d’une réunion de l’Alliance de l’Atlantique Nord à Bruxelles mercredi.

Share Button

További Hírek:

Leave a Comment