You are here
Les États membres de l’UE ont adopté leur position sur la fraude en matière de monnaie électronique     Union européenne 

Les États membres de l’UE ont adopté leur position sur la fraude en matière de monnaie électronique  

Les ministres de la Justice des Etats membres de l’Union européenne ont adopté leur position sur une directive relative à la lutte contre la fraude et la contrefaçon des moyens de paiement autres que les espèces, a annoncé vendredi le Conseil des ministres de l’UE.

L’objectif de la directive est de mettre à jour les règles actuelles afin de garantir un cadre juridique clair, efficace et neutre sur le plan technologique et d’éliminer les difficultés opérationnelles qui entravent les enquêtes et poursuites transfrontalières des États membres.

La position du Conseil des gouvernements des États membres de l’UE définit et harmonise la notion d’infraction avec l’utilisation de cartes bancaires, les paiements électroniques et mobiles, la monnaie virtuelle et les attaques de phishing et de piratage sur l’ordinateur de la victime. Il prévoit un niveau plus élevé de sanctions pour sanctionner les personnes physiques, et traite plus spécifiquement de la clarification de l’étendue de la fraude transfrontalière.

Il vise à améliorer la coopération judiciaire dans l’ensemble de l’Union et à mettre davantage l’accent sur la prévention, en sensibilisant les victimes potentielles à la réduction du risque de fraude.

La directive établit des règles minimales permettant aux États membres d’introduire des règles plus strictes concernant la définition de telles infractions et de pénaliser les auteurs dans leur propre juridiction.

Les ministres de la justice de l’UE ont également reporté l’introduction de nouvelles règles sur la vente de produits d’assurance. Par une directive adoptée lors de la réunion de vendredi, le Conseil a fixé la date d’application des règles au 1er octobre et a modifié la date limite du 1er juillet pour transposer les nouveaux règlements dans leur législation nationale.

Le report de l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation était justifié pour que le secteur de l’assurance soit mieux préparé à introduire les changements nécessaires pour se conformer aux règles de mise en œuvre.

További Hírek:

Leave a Comment