You are here
Immigration clandestine – Le chef de l’Etat italien a signé de nouvelles mesures de migration Union européenne 

Immigration clandestine – Le chef de l’Etat italien a signé de nouvelles mesures de migration

Le Premier ministre italien, Sergio Mattarella, a signé un paquet sur la sécurité des migrations établi par le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui renforce les conditions pour les demandes d’asile – a rapporté vendredi la presse italienne.

Sergio Mattarella, au moment de la signature, a envoyé une lettre au Premier ministre Giuseppe Conte, lui rappelant les obligations du gouvernement de Rome en vertu de la constitution italienne. Le chef de l’Etat a souligné que l’Italie devait par conséquent respecter les conventions internationales relatives aux droits des ressortissants étrangers et des personnes persécutées.
Matteo Salvini, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, a salué la signature présidentielle. Salvini a déclaré: “Nous respectons les conventions, la constitution et les traités internationaux, mais nous ne voulons pas être des rejets”. Le politicien du gouvernement italien a suggéré que les mesures de sécurité migratoire devraient mettre fin à la pratique antérieure voulant que certains immigrants arrivant en Italie soient presque automatiquement des demandeurs d’asile.
Le paquet législatif à la prochaine étape est voté par le parlement italien, où le gouvernement a la majorité.
Selon l’ensemble de mesures connu sous le nom de règlement Salvini, l’Italie continue de fournir l’asile international aux réfugiés de guerre ou d’autres persécutions dont les demandes font l’objet d’une enquête. Le règlement concerne les réfugiés humanitaires pour d’autres raisons également. 26% des personnes arrivant en Italie ont presque automatiquement reçu l’asile humanitaire instantané sans aucun contrôle et, par conséquent, un permis de séjour. C’était temporaire, mais dans la majorité des cas, il a été prolongé. En vertu de la législation italienne, la plupart des Africains qui ont traversé la mer ont supposé qu’ils avaient droit à l’asile. Un peu plus tôt, Matteo Salvini a déclaré que 7% des arrivants sont en réalité de “vrais” réfugiés. Le règlement précise donc précisément où, après son arrivée en Italie, une personne peut demander l’asile pour des raisons humanitaires. Le règlement énumère six points: il peut demander le statut de victime d’exploitation, de traite des êtres humains, de violence domestique, de catastrophe naturelle, de traitement médical ou tout autre statut de cause humaine et sociale des autorités italiennes.
Ceux qui arrivent en Italie seront arrêtés pendant 180 jours au lieu des 90 jours actuels dans les centres d’enregistrement pour une identification plus précise. Si une personne trouve un abri, commet un crime et la condamne en première instance, perd son asile et est condamnée à l’expulsion. Ils perdent également leur asile et expulsent l’immigrant si les autorités le jugent dangereux. Le citoyen italien accusé de terrorisme est privé de sa nationalité.
Les mesures de sécurité nationale incluses dans le paquet vont notamment resserrer les conditions de location de camionnettes et de camions et inciter les autorités de 100 000 villes italiennes à utiliser des armes à choc électrique.

Share Button

További Hírek:

Leave a Comment