You are here
Les pilotes allemands rejoignent également l’arrêt de travail partiel des travailleurs de Ryanair vendredi Union européenne Tour 

Les pilotes allemands rejoignent également l’arrêt de travail partiel des travailleurs de Ryanair vendredi

Les pilotes allemands se joignent également à l’arrêt de travail partiel de plusieurs compagnies aériennes low-cost irlandaises, vendredi, ce qui a entraîné l’annulation de 150 vols à travers l’Europe, a annoncé vendredi le syndicat Vereinigung Cockpit (VC).

L’organisation caritative de l’entreprise en Allemagne a annoncé une grève de 24 heures vendredi à 15 heures.
“Il n’y avait pas de proposition plus favorable pour la dernière action de l’industrie depuis le 12 septembre 2018. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’accord entre Ryanair et le VC”, a souligné le communiqué.
Dans le même temps, le syndicat Verdi, qui représente environ un millier d’agents de bord allemands, a indiqué qu’il envisageait de se joindre à l’action.
Selon les nouvelles précédentes, Ryanair a été contraint d’annuler les 150 vols de vendredi en raison de grèves des équipages de cabine belges, néerlandais, allemands, italiens, portugais et espagnols. Les syndicats annonçant un arrêt de travail de 24 heures ont indiqué qu’ils répéteraient l’action chaque mois jusqu’à ce qu’ils répondent à leurs demandes.
Marianne Thyssen, l’agente pour l’emploi de la Commission européenne, a convenu mercredi avec Michael O’Leary, PDG de Ryanair, à Bruxelles, de respecter la législation européenne et de conclure un contrat de travail avec ses employés dans les pays où ils vivent. À l’heure actuelle, la compagnie aérienne a une part importante de ses employés en Irlande sur papier, ce qui leur est défavorable.
“Le respect du droit de l’UE n’est pas quelque chose que les travailleurs doivent négocier et ce n’est pas quelque chose qui peut différer d’un pays à l’autre. Je ne suis ni Ryanair ni un modèle économique à bas coût, mais il a aussi une grande responsabilité.” : des règles claires s’appliquent à la mobilité de la main-d’œuvre et à la protection des travailleurs », a déclaré Thyssen.
O’Leary a qualifié la plainte du comité de “non pertinente” après la réunion, car il a déjà proposé aux syndicats de modifier ces contrats.
Le syndicat belge CNE a toutefois indiqué que cela était vrai, mais le changement ne prendrait effet qu’en mars 2020 et ne concernerait que la moitié des travailleurs.
Le personnel se plaint des conditions de travail. Ils affirment qu’ils doivent également payer de l’eau potable à bord et ne peuvent aller en congé de maladie que s’ils se présentent personnellement avec le certificat médical.

Share Button

További Hírek:

Leave a Comment