You are here
Poutine est confiant dans la fin de la politique de sanction      Grand monde 

Poutine est confiant dans la fin de la politique de sanction   

Espoir Le président Vladimir Poutine a exprimé son espoir que la politique de sanctions occidentales se terminerait bientôt et que les relations économiques de la Russie se normaliseraient. Dans le même temps, il a attiré l’attention sur la nouvelle possibilité d’une «amnistie capitale».

Poutine a pris la parole vendredi au Congrès des industriels et entrepreneurs de Moscou.
“Je pense qu’ils vont le faire eux-mêmes (politique de sanction) et j’espère que nous allons dans les conditions normales”, a-t-il déclaré.
Se référant téléphone vendredi pour discuter d’une récente discussion et le président français Emmanuel Macron tenue à des hommes d’affaires français a déclaré la croyance partagée à l’étranger que la création des contraintes artificielles conduisent à une impasse et causer des dommages aux initiateurs d’une telle politique.
Selon Poutine, la politique de restrictions à la Russie était pratiquement continue. Il a rappelé qu’aux États-Unis en 2012, avant même les «événements» en Crimée et en Ukraine, la loi Magnysinki a été pratiquement abolie le jour de l’abolition de la loi Jackson-Vanik.
Le Code de commerce américain de 1974, qui a été incorporé dans la loi en 1975, a appelé Jackson-Vanik, supprimé les exportations soviétiques aux États-Unis et prêté à Moscou, se référant au blocus de l’émigration des Juifs soviétiques à Moscou. La modification de la loi a révoqué en 2012, puis est entré dans la soi-disant Loi Magnitski, qui a introduit des sanctions contre les fonctionnaires russes de Washington estime que l’extinction de la vie humaine, la torture ou des violations graves des droits de l’homme soient tenus responsables.
Poutine a souligné que la nouvelle vague de technologies changent de façon significative l’image de l’économie mondiale, que « redistribué les cartes » que de nouveaux marchés pour les biens et services, ce qui de nouveaux facteurs économiques apparaissent, ce qui conduit à l’escalade de la rivalité. Il a estimé que les rivaux ne seraient pas mis dans la situation dans cette situation et que “d’autres formes de pression, toute forme de concurrence”, seraient appliquées les uns contre les autres.
« Il est clair que le défi des sanctions ne sont pas cycliques et probablement persister pendant un certain temps dans l’avenir, mais encore une fois, mais j’espère que le bon sens l’emporte et que, ensemble avec nos partenaires, nous allons aller de l’avant dans la bonne direction pour l’économie mondiale. » – at-il dit.
Selon le président, la Russie entre actuellement dans une phase de développement “compliquée, tendue et très importante” et dépend du monde des affaires pour réussir. Selon ses propres mots, le gouvernement va «nettoyer» tout obstacle à l’économie et à l’investissement.
Il a noté que la chambre basse du Parlement russe a accepté la deuxième phase de la loi d’amnistie visant le rapatriement et le “blanchiment” des capitaux étrangers à partir de mars jusqu’en février. Comme il l’a dit, la mesure est soutenue par les institutions financières internationales.
Pendant l’amnistie capitale – dont la première phase était en 2015-2016 – l’État russe garantit que ceux qui confessent leurs possessions et leurs biens sont exemptés de la responsabilité fiscale, administrative et pénale pour le contournement de l’État.

Source: MTI / Image: hidfo.ru /

Share Button

További Hírek:

Leave a Comment