You are here
Le Parlement européen a adopté une résolution qui reflète la Turquie      Union européenne Grand monde 

Le Parlement européen a adopté une résolution qui reflète la Turquie   

En Turquie, les autorités utilisent comme prétexte une tentative de répression de l’opposition et de limitation de l’indépendance de la presse et de la société civile il y a un an et demi, selon une résolution du Parlement européen (PE) adoptée jeudi.

Lors d’une session plénière à Strasbourg, les députés ont condamné à plusieurs reprises la tentative de prise de pouvoir, soulignant que le droit et le devoir d’Ankara de traduire les responsables en justice ne seraient pas un prétexte à surmonter.
Le PE a exprimé sa préoccupation quant à la détérioration continue de la situation en Turquie de l’Etat de droit, l’indépendance de la compromission judiciaire, et a exhorté leur libération de tous détenus légalement l’exécution de leur travail, l’exercice du droit à la liberté d’expression et d’association.
Les députés ont reconnu que les terroristes continuent de constituer une menace directe pour la Turquie, mais ont souligné qu’une “législation basée sur une définition large du contre-terrorisme ne devrait pas être utilisée pour limiter la liberté d’expression”. À cet égard, ils ont condamné les récentes arrestations de journalistes, de militants, de médecins et d’autres personnes qui ont critiqué l’intervention militaire turque en Syrie.
Comme indiqué précédemment, la violence contre les organisations de la société civile est une source de grave préoccupation et, depuis l’instauration de l’état d’urgence, plus de 160 organes de presse ont été fermés par voie réglementaire.
Selon le panel, la situation dans le sud-est de la Turquie est problématique, en particulier lorsqu’il existe une interdiction du bannissement, des forces disproportionnées et une punition collective. Il a été souligné par le souci croissant de discrimination contre les chrétiens et les autres minorités religieuses.
Dans le texte, ils ont demandé à Ankara de lever l’état d’urgence et de fournir à tout le monde des recours appropriés et un contrôle judiciaire.
L’année dernière, le Parlement européen a appelé à la suspension des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE en raison des mesures répressives imposées après la tentative de coup d’Etat.
Après la tentative de prendre le pouvoir en Turquie, un nettoyage complet a commencé dans les forces armées et la police, dans le système judiciaire et dans l’administration. Au moins 40 000 personnes ont été emprisonnées, 130 000 ont été licenciées ou suspendues.

Source: MTI / Image: paramètre.sk /

További Hírek:

Leave a Comment