You are here
Washington débloque l’interdiction des demandeurs d’asile des pays à risque     Etats-Unis 

Washington débloque l’interdiction des demandeurs d’asile des pays à risque  

Les Etats-Unis réintègrent les demandeurs d’asile de 11 pays avec un risque de sécurité élevé, mais resserrent les règles de leur application, a annoncé lundi le ministère de la Sécurité intérieure.

L’avis du ministère n’a pas nommé les 11 pays, mais pour leur demander leur nom demeurent des fonctionnaires anonymes du gouvernement ont déclaré une discussion de fond lundi a eu lieu avec des journalistes que l’Egypte, la Corée du Nord, l’Irak, l’Iran, le Yémen, la Libye, le Mali, la Syrie, la Somalie, le Soudan et le Soudan du Sud c’est. Le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Sécurité intérieure et les agences de renseignement ont étudié de près pendant 90 jours à compter ceux qui sont classés comme pays très risqués » de l’immigration et des mesures liées aux États-Unis, puis a décidé sur un remplacement.
Les enquêtes ont débuté en octobre et se sont terminées la semaine dernière, et la base de données du Département d’État a révélé que le nombre de demandeurs d’asile acceptés par les pays concernés a chuté de manière spectaculaire au cours de cette période.
Dans le même temps, cependant, l’interdiction a été levée et une nouvelle recommandation a été faite concernant la procédure d’octroi d’un programme d’accueil des réfugiés (USRAP). Par conséquent, ils nécessitent une surveillance plus stricte des demandeurs d’asile arrivant dans le pays et les individus sont à risque sont soumis à des tests spéciaux supplémentaires, même si elle n’a pas été divulgué à qui ils souhaitent filtrer ce type et des tests spéciaux. Ils examineront également régulièrement la liste des pays qu’ils considèrent dangereux pour la sécurité nationale.
Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure de Kirsten Nielsen, Wilson Center, a abordé lundi les nouvelles mesures de sécurité, mais sans entrer dans les détails. Il a souligné qu’ils empêcheraient «les terroristes, les criminels et les fraudeurs d’abuser du nouveau programme d’immigration». Le chef du ministère a déclaré: “Il est essentiel que nous sachions qui entrera aux États-Unis”.
Le président Donald Trump a déjà promis lors de la campagne présidentielle de 2016 de régler la situation des immigrants illégaux et de réduire la proportion de l’immigration légale. L’une des premières mesures a été un décret présidentiel: la promesse de renforcer les contrôles aux frontières, temporairement – la place des nouvelles mesures de sécurité de dessin – suspendu l’entrée de certains pays considéré comme la sécurité dangereuse des États-Unis, d’autres pays – aussi temporairement – limiter le nombre d’entrées. Plusieurs juges fédéraux ont contesté à plusieurs reprises le décret présidentiel, mais la Cour suprême fédérale l’a abandonnée à l’automne et le décret est entré en vigueur en décembre. En octobre, le gouvernement a annoncé qu’il suspendrait les restrictions à l’entrée temporaire, mais a refusé l’interdiction de la réception des demandes d’asile à 11 pays.

Source: MTI / Image: cv.hu /

További Hírek:

Leave a Comment